9 tactiques pour négocier votre salaire

20 mai, 2021

Thème(s) : Négociation

Vous êtes à l’emploi et vous jugez qu’il est temps pour vous de négocier votre salaire. Premièrement, évitez les lundis, car il y a trop d’urgences, ou les vendredis, dû à la fatigue de la semaine. Du même coup, planifiez votre rencontre en face à face, le matin, pour un maximum d’énergie. Deuxièmement, préparez-vous! Il s’agit de ne pas d’improviser. Listez vos demandes, telles que l’augmentation salariale, les vacances, les avantages sociaux, la flexibilité d’horaire, etc.

Comment négocier son salaire?
Pour ce faire, préparez-vous avec les tactiques suivantes :

  • Tactique n° 01 : Mise en commun des critères – Commencez par faire ressortir les critères de réussite du poste recherchés par votre patron. Bien sûr, vous les avez anticipés et vous êtes prêt à présenter vos réussites en ce sens.
  • Tactique n° 06 : Les faits en appui – La meilleure façon d’éviter les débats d’opinion est d’amener les preuves qui soutiennent vos dires. Préparez, sur une page, tout ce que vous avez accompli avec des graphiques et des tableaux, si possible.
  • Tactique n° 07 : Synchronisation – Vous ne négociez pas avec le marchand du coin; c’est votre patron! Il faut prendre le temps d’établir le climat, de d’étendre l’atmosphère. C’est surement tout aussi stressant pour lui que pour vous. Mais ce qui est encore plus important, c’est de montrer que vous n’êtes pas des adversaires de chaque côté de la table. Sortez-le du bureau, allez prendre un café, rappelez-lui en chemin quelques anecdotes cocasses de cette année ou quelques bons coups, question de ranimer la relation.
  • Tactique n° 14 : Ancrage raisonné – Ceci est le plus important! C’est à vous de parler en premier et d’avancer vos demandes pour ainsi prendre l’initiative et placer votre patron dans la position inconfortable de réduire vos exigences. Bien sûr, l’astuce est de rester raisonnable et en mesure de justifier vos demandes (voir à ce titre les deux prochaines tactiques). Rappelez-vous qu’un ancrage n’est pas une position ferme et finale, mais la base de départ de vos négociations. Il s’agit donc de demander un peu plus que ce que vous désirez réellement, et c’est cette marge de manouvre qui vous permettra de vous entendre avec votre patron.
  • Tactique n° 28 : Comparaison – Un bon ancrage doit être accompagné d’un argumentaire pour appuyer les valeurs. Par exemple, vous justifiez vos demandes en présentant des postes similaires annoncés. Regardez les sites de recrutement, parlez à des recruteurs, comparez-vous à l’interne à des postes similaires qui ont de meilleures conditions. Voilà autant de façons de soutenir ce que vous demandez. Attention à ne pas présenter vos comparables comme une menace de quitter s’il ne vous donne pas ce que vous souhaitez. Amenez-les à son attention en précisant que le marché est rendu là.
  • Tactique n° 29 : Presque comparable – Vous ne trouvez pas de comparables identiques? Qu’à cela ne tienne! Repérez des postes ayant des responsabilités similaires aux vôtres et utilisez-les en comparaison. C’est ce qu’on appelle un presque comparable. L’important est de trouver des justifications à vos demandes. N’oubliez-pas qu’il ne faut pas justifier vos exigences par vos besoins d’argent personnels.
  • Tactique n° 25 : Valeur ajoutée à monnayer – Si possible, amenez ce que vous comptez faire de plus l’an prochain. Que pourriez-vous livrer de supplémentaire qui a de la valeur pour votre patron? Pas ce pourquoi vous êtes déjà payé, mais un plus que vous pouvez apporter.
  • Tactique n° 46 : Cent quatre-vingts degrés – Aussi, il est important de démontrer que vous comprenez sa position et que vous avez pris en considération la réalité à laquelle il est confronté, comme son manque de budget ou plusieurs ressources à satisfaire. S’il vous parle de budget, répondez-lui que c’est le marché. S’il vous parle de toutes ses ressources à satisfaire, rappelez-lui vos accomplissements et que vous êtes différent. S’il vous trouve trop exigeant, annoncez que vous êtes flexible.
  • Tactique n° 79 : Savoir se retirer – Enfin, si vos demandes sont raisonnables, vos comparables sont réalistes et vous avez atteint tous vos objectifs, et que malgré tout cela, on ne vous paye pas à votre juste valeur, peut-être que vous devriez songer à partir. En négociation, on dit souvent que pas d’entente est toujours mieux qu’une mauvaise entente. À vous d’évaluer votre position.

Dans tous les cas, demeurez calme, souriant et cordial; vous négociez avec votre patron! Si vous négociez bien, vous aurez certainement plus que ce qu’on vous aurait offert d’entrée de jeu.

Bonne négo!

Les numéros de tactique font référence à la publication

95 tactiques de négociation

Auteurs : Stéphan Lavigne et Lucie Turcotte

Béliveau Éditeur, 2018

ISBN 978-2-89092-952-4

Cliquez ici pour plus d’information sur ce best-seller.

Si vous recherchez plutôt une formation en négociation, visitez notre page liste de formations en cliquant ici.

Syllabus et articles liés